Venezuela: la lutte pour le pouvoir éloigne la possibilité de négociations

Par

Plus de dix semaines de bras de fer politique et toujours pas d’issue visible. Alors que les soutiens du gouvernement maduriste et l’opposition manifesteront de nouveau samedi, que les deux camps menacent du pire, un dénouement pacifique semble s'éloigner. Pourtant des voix disparates, encore timides mais qui s’intensifient, appellent à des négociations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est devenu un rendez-vous hebdomadaire. Les soutiens de Nicolás Maduro et l’opposition menée par Juan Guaidó manifestent de nouveau ce samedi et chercheront à démontrer que le soutien populaire est de leur côté. Dans une escalade de menaces, chacun montre ses muscles. L’adversaire du président socialiste fait de ce 6 avril, « le début de l’opération liberté » qui devra, à terme, mener les opposants à marcher jusqu’au palais de Miraflores, le siège du gouvernement. Alors que la confrontation s’enlise, que l’aile la plus radicale de l’opposition s’impatiente, Juan Guaidó assure comme il l’a fait le 30 mars, que l’Assemblée nationale invoquera l’article 187 de la Constitution dont l’alinéa 11 autorise « l’emploi de missions militaires (…) étrangères dans le pays ».