Mauritanie: les victimes de viol coupables de leur propre sort

Par Houleye (les Haut-parleurs)

Ce sont parfois de toutes jeunes filles, violées par un membre de la famille. Et ce crime ne veut pas être reconnu par les policiers, les juges, et surtout les religieux. Houleye, journaliste mauritanienne membre des Haut-Parleurs, est allée à « la rencontre de victimes qui racontent leur cauchemar ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cet été, Mediapart s'associe avec Les Haut-Parleurs (lire sous la vidéo) pour vous donner des nouvelles du monde en une série de 10 courtes vidéos.
Aujourd'hui, la journaliste mauritanienne Houleye a rencontré des victimes de viol. En Mauritanie, porter plainte pour viol peut se retourner contre les victimes. Faute de preuves, plusieurs jeunes Mauritaniennes qui osent porter plainte deviennent parfois coupables d’être sorties le soir, d’avoir porté une tenue sexy ou d’avoir commis un adultère, c’est au choix. Les associations et le gouvernement tentent d'agir mais les religieux mènent une fronde sévère.