Haftar, l’ami va-t-en-guerre de la France de plus en plus encombrant

À l’heure de l’échec de son offensive contre Tripoli et de l’irruption turque dans le conflit, quel destin pour le « maréchal » rebelle Khalifa Haftar, « maître de la Cyrénaïque » sur laquelle de nombreuses puissances étrangères ont misé, à commencer par la France qui échoue à son propre double jeu en Libye ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bien qu’il ait été élevé au grade de maréchal en septembre 2016 par le Parlement de Tobrouk qui n’a rien à lui refuser, Khalifa Haftar, qui règne sur la Cyrénaïque à l’est du pays, ainsi que sur une grande partie du sud, et qui a sapé tous les efforts de paix de ces dernières années, n’a jamais brillé par ses qualités de stratège militaire. Les armes, à ses yeux, ne sont que l’outil le plus efficace pour assouvir son ambition dévorante : l’exercice du pouvoir.