Guinée : face à la junte militaire, l’opposition entre en clandestinité

À Conakry, lundi 5 septembre, une manifestation contre la junte militaire a tourné au combat de rue. Alors que les militaires ont durci ces derniers mois la répression des voix critiques, reportage auprès de ceux qui continuent de se battre, depuis leur cellule de prison ou contraints à la clandestinité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Conakry (Guinée).– Il semble loin, à Conakry, le temps où l’on manifestait avec pancartes, banderoles et t-shirts au nom de son parti ou syndicat. Alors que la principale plateforme d’opposition du pays, le Front national de défense de la Constitution (FNDC), avait appelé lundi 5 septembre à défiler contre la junte militaire au pouvoir, la marche a été empêchée par un important dispositif policier, et la manifestation a surtout pris des allures de combat de rue.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal