En Corée du Nord, l’aide humanitaire est asphyxiée par les sanctions internationales

Par

En dépit de la détente diplomatique initiée cette année, l’aide humanitaire à la population de Corée du Nord est menacée par les sanctions internationales renforcées en 2017 et les pressions américaines. Trois travailleurs humanitaires français – d’habitude très discrets – sonnent l’alarme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Séoul (Corée du Sud), de notre correspondant.– L’ONG française Triangle génération humanitaire (TGH) mène plusieurs projets de développement agricole dans des campagnes reculées de Corée du Nord. En avril, de fortes pluies ont provoqué l’effondrement de trois serres dans une ferme collective où l’organisation travaille. « On aurait bien aimé fournir du matériel pour la reconstruction de ces serres en urgence, raconte Coralie Bouloiseau, chef de mission de l’ONG à Pyongyang. Mais nous avons dû passer par le processus d’exemption des sanctions, si bien que le matériel n’est arrivé que [mi-novembre]. Cela a représenté une perte significative de production pour la ferme – et donc de légumes dans l’assiette des enfants – estimée à plus de 20 tonnes. »