L’Amérique latine engage un frileux dialogue avec le Venezuela

Par

Une troisième voie émergera-t-elle de la réunion à Montevideo regroupant des pays latino-américains et européens ce jeudi ? Les appels au dialogue portés par l’Uruguay et le Mexique ont peu de chances d’aboutir, tant peu de pays du continent américain sont prêts à donner à Nicolás Maduro cette respiration.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est tout un continent qui espère une solution rapide à la crise politique, économique et sociale qui ébranle le Venezuela. Tant que la présidence vénézuélienne est disputée entre Juan Guaidó, qui s’est proclamé président le 23 janvier dernier, et Nicolás Maduro élu à l’issue d’un scrutin contesté le 20 mai 2018, il est impossible de mettre en œuvre un programme de sortie de la débâcle économique que vit le Venezuela (inflation de 1 370 000 % en 2018 selon le FMI). Tout le continent en subit les conséquences. D’après le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les pays d’Amérique latine accueillent environ 2,4 millions de réfugiés et de migrants vénézuéliens. Une escalade de l’affrontement entre les deux pouvoirs risquerait de faire empirer la situation.