Russe contre ukrainien: la tectonique des langues

Par

Victime de la russification tsariste puis soviétique, la langue ukrainienne s'impose comme marqueur symbolique majeur. Elle s'avère enjeu aventureux dans l'opposition entre Moscou et Kiev : les démarcations territoriales épouseront-elles les frontières linguistiques ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 9 mars 2014 s’annonçait comme l’apothéose du président ukrainien aujourd’hui déchu, Viktor Ianoukovitch. Il allait, ce jour-là, célébrer en grande pompe le bicentenaire de la naissance de Taras Chevtchenko (1814-1861), barde et prophète de la langue ukrainienne. M. Ianoukovitch n’est pas l’âme la plus littéraire qui soit – dans sa villa grotesquement luxueuse de la banlieue de Kiev, exhibée par les insurgés, aucune bibliothèque en vue entre une collection de bolides et un zoo privé. L’opération du bicentenaire s’avérait politique et s’annonçait habile.