Gaza, un désastre moral

« Le lien entre l’antisémitisme musulman et le conflit israélo-palestinien est indiscutable, écrit Denis Sieffert dans Politis. Les propagandistes du CRIF tentent d’entretenir le mythe d’un antisémitisme arabe primitif et endogène qui n’a, en réalité, jamais existé. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce qui s’est passé vendredi 30 mars sur la frontière séparant Gaza du territoire israélien mérite, hélas, de s’inscrire dans la sinistre tradition de la répression coloniale. Au risque de choquer, ce n’est pas tant des morts et des blessés dont je veux vous parler aujourd’hui que du désastre que cette affaire risque de provoquer dans les consciences. Car à la mort s’ajoute une fois de plus l’arrogance. Celle du premier ministre israélien et de son très raciste ministre de la défense, Avigdor Lieberman, qui ont trouvé en eux assez d’impudeur et de mépris pour promettre des médailles aux tueurs en uniforme. « L’armée la plus éthique du monde », a même commenté Benyamin Netanyahou, au comble du cynisme.