La Syrie sous la loi de César

Par

Du nom du déserteur qui a documenté « l’industrie de la torture », le Caesar Act voté aux États-Unis vise à asphyxier le régime Assad et frappe tous ceux qui veulent commercer avec lui. Mais la population risque d’en être la principale victime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La loi César, c’est d’abord l’histoire d’un héros anonyme. Celle d’un photographe de la division criminalistique du ministère de la défense syrienne qui, pendant des mois, secrètement et au péril de sa vie, a pris des clichés des prisonniers morts sous la torture. Au départ, ce n’était pas son but. Il voulait simplement déserter et rejoindre l’opposition. C’est celle-ci qui l’a convaincu de continuer son travail dans les morgues des prisons pour documenter les crimes du régime, photographiant souvent jusqu’à 50 corps par jour.