Kosovo: un rapport accuse l’UÇK de crimes de guerre et trafic d’organes

Par

Oui, des crimes massifs ont été commis en 1999 par les guérilleros albanais de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK), aujourd'hui au pouvoir, y compris un trafic d’organes prélevés sur des prisonniers serbes, écrit le procureur américain Clint Williamson. Ces crimes seront-ils jugés alors que la France, l’Europe et les États-Unis ont porté à bout de bras l’UÇK ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous les arguments ont été utilisés : un trafic d’organes était « techniquement impossible », aucune preuve ne venait étayer les accusations lancées par Carla del Ponte puis Dick Marty… Il serait « immoral » de tant s’intéresser aux crimes imputés à l’UÇK, « négligeables » par rapport à ceux commis par les forces serbes… Dans les jours qui ont précédé la publication, fin juillet 2014, des principales conclusions du procureur américain Williamson (le rapport complet n'est pas public), des « fuites » à l’origine incertaine annonçaient encore que le rapport de ce dernier concluait à « l’absence de preuves du trafic d’organes ».