Birmanie : résister par l’éducation au massacre d’une génération

Par et le collectif The Myanmar Project

Des millions d’élèves sont privés d’école en Birmanie, plongée dans la guerre civile depuis le coup d’État et frappée par une féroce vague de Covid-19. Le gouvernement pro-démocratique en exil veut mettre en place un réseau d’éducation alternatif pour tous.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bangkok (Thaïlande).– « Je n’ai pas touché mon salaire depuis mars et j’ai été licencié fin mai parce que j’ai participé au mouvement de désobéissance civile (CDM) et soutenu les grévistes et pauvres de ma communauté. Maintenant, presque tous les jeunes ont abandonné leur éducation et essaient de faire tomber le régime de diverses manières », résume T. Z., professeur de mathématiques, six mois après le coup d’État perpétré par le général Min Aung Hlaing.