Syrie: le revirement de l'Elysée tient de la gesticulation

Le président de la République a beau avoir annoncé ce lundi des vols de reconnaissance avant de possibles frappes aériennes contre l'État islamique en Syrie, cela ressemble surtout à de vaines gesticulations, en l'absence de moyens nouveaux et d'une stratégie globale.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’Élysée l’avait laissé entendre dès samedi 5 septembre 2015, François Hollande l’a confirmé lors de sa conférence de presse du lundi 7 septembre : la France va envoyer des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie afin, in fine, de pouvoir frapper directement les forces de l’État islamique au sol. Le président l’a justifié dans un raccourci saisissant : « C’est Daech qui fait fuir, par les massacres qu’il commet, des milliers de familles. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Terrorisme — Enquête
Attentats de Bruxelles : et la cellule terroriste du 13-Novembre frappa une deuxième fois
Mediapart retrace l’histoire de la première cellule djihadiste à avoir réussi à commettre plusieurs attaques en Europe. Des attentats du 13-Novembre à ceux du 22-Mars ou comment les assassins ont échappé aux polices françaises et belges à leurs trousses. 
par Matthieu Suc
Énergies — Reportage
Une livraison d’uranium russe repérée à Dunkerque malgré la guerre en Ukraine
Mediapart a assisté mardi, sur le port du Nord, au déchargement de dizaines de conteneurs et de fûts de substances radioactives en provenance de Russie. C’est la première fois depuis février 2022 qu’une cargaison d’uranium naturel russe est photographiée en France. 
par Jade Lindgaard
Fiscalité — Analyse
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
L’affaire Kohler — Enquête
Le n° 2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges d’instruction
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange