En Tunisie, les législatives achèvent de rebattre les cartes

Par

Le spectre d’un Parlement très morcelé et d’une majorité impossible à trouver se confirme alors que deux partis rivaux revendiquent la première place : les islamistes d’Ennahda et Qalb Tounes, le parti du finaliste de la présidentielle qui est derrière les barreaux. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La vie politique tunisienne n’a pas fini d’être chaotique et un casse-tête. L’issue des élections législatives, qui ont eu lieu dimanche 6 octobre entre les deux tours d’une présidentielle hors normes, augure d’une majorité difficile à trouver, voire impossible pour le prochain chef de gouvernement dans un Parlement extrêmement fragmenté. Sans compter l’abstention qui atteint des records, à près de 60 %.