La guerre de Libye n’a donc pas tout effacé. Les juges chargés de l’enquête sur un financement par le régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy parviennent à reconstituer pas à pas l’écheveau. Le 20 juin dernier, un conseiller au bureau du procureur à la Cour pénale internationale (CPI), Pascal Turlan, a transmis officiellement aux juges le procès-verbal d’audition d’Abdallah Senoussi, l’ancien chef du renseignement militaire, qui a déclaré avoir « personnellement supervisé » le transfert de 5 millions d’euros « pour la campagne de Nicolas Sarkozy ».