Terrorisme: le trouble jeu d'Erdogan avec l'Etat islamique

Par

Les accusations de Poutine contre le régime du président turc Erdogan ont déjà été formulées depuis longtemps : obsédé par sa crainte de voir s'installer une région kurde autonome à sa frontière, Recep Tayyip Erdogan combat davantage le PKK et l'indépendantisme kurde que l'État islamique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le régime du président turc Recep Tayyip Erdogan soutient-il l’État islamique (EI) ? Des membres de la famille d’Erdogan sont-ils liés au trafic de pétrole de Daech ? Ces accusations ont été portées par Vladimir Poutine et son vice-ministre de la défense, Anatoli Antonov, qui a mis en cause le fils d’Erdogan, à la tête d’une grande entreprise d’hydrocarbures, rapporte Reuters. Moscou a aussi affirmé détenir des preuves des liens entre la famille Erdogan et l’État islamique, et a diffusé des photos satellites montrant des camions à la frontière turco-syrienne.