«Le pouvoir turc a provoqué cette crise»

Par

Pour Marie-Christine Vergiat, eurodéputée rattachée au Front de gauche, le dirigeant turc Erdogan a laissé se former la crise des réfugiés en Europe pour construire un « instrument de pression sur l’Union européenne ». Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que la Turquie a fait monter les enchères lors d'un sommet tendu, lundi à Bruxelles, Mediapart s’est entretenu avec l’eurodéputée Marie-Christine Vergiat, membre de la gauche unitaire européenne (GUE, au Parlement européen, où figurent les élus du Front de gauche). Cette élue est rentrée dimanche d’un déplacement de trois jours en Turquie, entre Istanbul et Diyarbakir, dans le sud-est du pays, non loin de la frontière avec la Syrie. Celle qui est aussi, à Strasbourg, coprésidente du groupe d’amitié avec le peuple kurde, s’insurge contre le partenariat stratégique que Bruxelles et Ankara sont en train de construire : « Que l’on donne la main à la Turquie pour gérer les questions migratoires, et “faire le tri” entre les migrants, me fait peur », assure-t-elle.