Stéphanie Maupas: «La CPI, un grand désastre»

Par

Dans une enquête très fouillée, Le Joker des puissants, la journaliste Stéphanie Maupas raconte comment la Cour pénale internationale, créée en 2002, a bien vite oublié la promesse d'une justice internationale, pour devenir une arme diplomatique aux mains de certains États seulement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Stéphanie Maupas est l’une des très rares journalistes se consacrant depuis plus de quinze ans au fonctionnement de la justice internationale. Installée à La Haye, elle a vécu et documenté tous ses soubresauts : fonctionnement laborieux du TPIY (le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslovie), ses procès loupés, interminables ou avortés (elle couvrit le procès du Serbe Milosevic), ses batailles internes, jalousies d’enquêteurs, batailles de magistrats…