Argentine: la lutte pour le droit à l’avortement relancée

Par Anna SLIZEWICZ

En 2018, la mobilisation historique des femmes pour la légalisation de l’IVG en Argentine s’était soldée par un échec au Sénat. Les féministes espèrent faire du droit à l’avortement un thème phare de la campagne pour les élections présidentielle et législatives cette année.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Buenos Aires (Argentine), de notre correspondante.-  #NiñasNoMadres (« Des petites filles, pas des mères »). Ce mot-clé circule partout sur les réseaux sociaux depuis quelques semaines. Des femmes y joignent parfois une vieille photo d’elles à 11 ans : l’âge auquel Lucía a été forcée par les médecins d’un hôpital public de Tucumán, province conservatrice du nord du pays, à subir une césarienne. La fillette, violée par le compagnon de sa grand-mère, était enceinte de 19 semaines lorsqu’elle est arrivée à l’hôpital, réclamant immédiatement qu’on lui « enlève ce que le vieux [lui avait] mis dans le ventre ». Un avortement que l’intégralité du personnel médical a refusé de pratiquer, faisant jouer leur clause de conscience.