La démocratie brésilienne au bord du gouffre

La condamnation de Lula et son emprisonnement sont un nouveau mauvais coup porté à la démocratie brésilienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La démocratie brésilienne na jamais été aussi faible depuis la fin de la dictature militaire, il y a trois décennies, souligne Mark Weisbrot, co-directeur du centre de recherche économique et politique à Washington, dans une tribune  publiée dans le New York Times. Cette semaine, elle sest encore affaiblie, alors que trois juges de la Cour suprême devaient trancher le sort de Lula, la figure la plus emblématique du PT. « Cette cour est tout sauf impartiale », relève-t-il. Les critères qui ont conduit à la condamnation de Lula sont très en-deçà des standards dune démocratie, poursuit-il. Dilma Rousseff a déjà été écartée de la présidence, il y a deux ans. « Depuis 2014, alors quune profonde récession commençait, la droite brésilienne a été capable de tirer parti de ce retournement économique pour mette en place ce que beaucoup de Brésiliens considèrent comme un coup parlementaire », note-t-il. Si la justice barre la candidature de Lula à la présidence, « ce serait une calamité pour les Brésiliens, la région et le monde ».