Ports francs : les derniers paradis fiscaux suisses

Par

La Cour des comptes suisse tire la sonnette d’alarme sur les ports francs et entrepôts douaniers ouverts. Évasion fiscale, blanchiment d’argent, trafic de biens culturels : malgré l’adoption d'un arsenal législatif, ces zones douanières d’exception sont utilisées de manière abusive, attirant les fortunes du monde entier. Elles abriteraient plus de 80 milliards d'euros de marchandises de très haute valeur. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le langage est prudent, mais le constat cinglant : une fois de plus la Suisse pourrait se retrouver dans le collimateur, contrainte sous la pression internationale de mettre de l’ordre dans un secteur d’activité en plein essor. Mais cette fois-ci, il ne s’agit pas de banques, de secret bancaire ou d’avantages fiscaux, mais des « zones douanières d’exception » : ports francs et « entrepôts douaniers ouverts » qui continuent à attirer œuvres d’art, antiquités, métaux précieux et grands crus, propriétés des plus grandes fortunes au monde.