La Jordanie se retrouve coincée par la nouvelle donne moyen-orientale

Par

Derrière les manifestations de ces derniers jours contre un plan de réformes fiscales et économiques se cache un risque plus profond pour le royaume hachémite : celui d’être abandonné par ses puissants parrains, qui permettent au pays de rester à flot.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Jordanie fait partie des pays « coincés ». Elle est coincée entre des voisins belliqueux, coincée entre une jeunesse pléthorique et dynamique, et une vieille classe politique, coincée entre démocratie et monarchie, coincée entre des citoyens pauvres et des réfugiés qui le sont encore plus, coincée par une aide internationale sujette à conditions…