Guillaume Ancel «retourne» à Sarajevo

Par

Dans son ouvrage Vent glacial sur Sarajevo, l'ancien officier d'artillerie revient sur le siège de la ville lors de la guerre de Yougoslavie, en 1995. Il y témoigne de l'impuissance organisée et délétère de l'armée française et de l'ONU, qui a contribué à prolonger le conflit en sacrifiant des civils assiégés, mais aussi des soldats français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'ancien officier d’artillerie Guillaume Ancel semble s’être donné pour mission de revisiter quelques pages, disons « problématiques », de l’armée française de ces dernières décennies. En 2014, il avait donné sa version de l’opération Turquoise, au Rwanda, à laquelle il avait participé en 1994 en tant que capitaine. Depuis le terrain, il avait vu autre chose qu’une opération humanitaire : il avait eu le sentiment de participer à une opération destinée à sauver le régime génocidaire de Kigali en passe d’être déchu (on peut lire son témoignage dans différents billets postés sur son blog de Mediapart, intitulé assez justement : Ne pas subir).