Nucléaire: comment arrêter Kim Jong-un?

Par

La chercheuse Valérie Gelézeau, spécialiste de la péninsule coréenne, revient sur une crise internationale redoutable et cyclique. Pyongyang en est l’épicentre et Séoul pourrait en faire les frais. Éléments d'analyse : « La communauté internationale crie au scandale puis oublie. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les tensions à propos de l’épiphanie nucléaire à laquelle procède Pyongyang jouent sur les nerfs du président Trump, qui n’est pas loin de se montrer prêt à mourir jusqu’au dernier Sud-Coréen. Quelle est, dans cette crise aiguë, la position de la Corée méridionale ? Pour comprendre le point de vue et la marge de manœuvre de ce pays – 50 millions d’habitants, 11e puissance économique mondiale –, nous avons interrogé Valérie Gelézeau, maîtresse de conférences à l’EHESS. Auteure de nombreux articles sur la frontière entre les deux Corées, elle a corédigé (avec Koen De Ceuster et Alain Delissen) un ouvrage de fond sur les réalisations de la décennie de rapprochement intercoréen (1998-2008) : De-bordering Korea. Tangible and Intangible Legacies of the Sunshine Policy (Routledge, 2013).