Un Nobel pour les « cellules de Jouvence »

Par

Le prix Nobel de médecine 2012 a été attribué au Britannique John Gurdon et au Japonais Shinya Yamanaka, pour des recherches qui ouvrent l'espoir de soigner demain des maladies du vieillissement comme l'Alzheimer ou des troubles irréversibles comme une lésion de la moelle épinière.   

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le prix Nobel de médecine 2012 a été attribué au Britannique John Gurdon et au Japonais Shinya Yamanaka, pour des recherches sur la « reprogrammation cellulaire ». Cette expression un peu barbare recouvre l’un des projets les plus ambitieux et les plus révolutionnaires de la biomédecine : celui de transformer des cellules pour leur permettre de s’intégrer dans un tissu différent de celui d’où elles sont issues. Ce projet pourrait déboucher sur une « médecine régénératrice » qui permettrait de traiter des maladies du vieillissement cérébral, comme l’Alzheimer ou le Parkinson, ou de soigner le diabète, de régénérer un cœur fatigué, ou encore de remédier à une lésion de la moelle épinière en reconstituant le tissu neuronal, etc.