Europe Brève

Les socialistes portugais envisagent une coalition à gauche

Après les législatives de dimanche, des discussions sont en cours avec la gauche de la gauche. Mais le PS, dont la décision sera décisive, pourrait finalement s'allier à la droite.

La rédaction de Mediapart

8 octobre 2015 à 12h10

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Le Parti socialiste portugais a décidé d'entamer des discussions avec les communistes et avec le Bloc de gauche, formation apparentée au parti anti-austérité grec Syriza. Cela pourrait compliquer la tâche du Premier ministre sortant, Pedro Passos Coelho, chargé de former un nouveau gouvernement.

La coalition de centre droit conduite par Pedro Passos Coelho est arrivée en tête des élections législatives de dimanche, mais a perdu sa majorité absolue en sièges. Elle compte 104 élus sur 230. Les socialistes ont 85 sièges, le Bloc de gauche 19 et les communistes 17.

Pedro Passos Coelho devrait être obligé de constituer un gouvernement minoritaire comptant sur l'appui ponctuel ou l'abstention des socialistes.

Le chef du gouvernement sortant a tendu la main au leader socialiste Antonio Costa mercredi, mais ce dernier a fait savoir que son parti ne participerait pas à un gouvernement conduit par la droite.

Antonio Costa a, au contraire, annoncé l'ouverture de discussions avec les formations de gauche qui, ensemble, pourraient disposer d'une majorité au parlement. « Nous avons reçu un mandat pour discuter avec toutes les formations politiques sans exception », a expliqué Antonio Costa.

Le Parti communiste est prêt à soutenir un gouvernement dirigé par les socialistes pour faire cesser la politique d'austérité menée ces dernières années, a déclaré son secrétaire général, Jeronimo de Souza, à l'issue d'une rencontre avec son homologue socialiste.

Une rencontre entre le Parti socialiste et le Bloc de gauche est prévue jeudi.

Les observateurs estiment toutefois que le Parti socialiste devrait opter pour un soutien sans participation au gouvernement de Passos Coelho, bien qu'il soit profondément divisé après le scrutin de dimanche.

(Reuters)

La rédaction de Mediapart


3 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne