Birmanie: vers un raz-de-marée pour Aung San Suu Kyi

Par

Dimanche 8 novembre, des élections libres se sont tenues en Birmanie, les premières depuis vingt-cinq ans. À Mandalay, deuxième ville du pays, les électeurs n'avaient que le nom d'Aung San Suu Kyi sur les lèvres. Mais même en cas de large victoire, « The Lady » a encore bien des obstacles à franchir pour prendre le pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Birmanie, de notre envoyé spécial.- Si de longues files d'attente ne s'étaient pas formées devant les pagodes et les écoles avant le lever du soleil, le caractère historique de ce dimanche 8 novembre serait passé assez inaperçu à Mandalay. Vers 5 heures, les habitants de la deuxième plus grande ville de Birmanie ont sorti leurs marmites sur le pas de leur porte, comme chaque matin, pour nourrir les moines bouddhistes. C'est à 6 heures précises que les bureaux de vote ont ouvert. Sur la 14e rue, Maug Maug ne cache pas son émotion. « Je suis heureux. À 36 ans, c'est la première fois que je me sens libre. Mais ne me prenez surtout pas en photo, je risquerais d'avoir des problèmes », murmure-t-il en surveillant du coin de l'œil le policier en faction à une dizaine de mètres de là.