Des réfugiés libyens espionnés à Paris accusent la France

Par et

Mediapart s’est procuré les preuves de l’espionnage entre 2007 et 2010 par le régime libyen de refugiés politiques et d’opposants à Paris. L’un d’entre eux, Jomode Elie Getty Doby My, fondateur du Conseil national toubou, accuse Bachir Saleh, l’ancien chef de cabinet de Kadhafi aujourd'hui protégé par la France, et annonce son intention de déposer plainte contre Claude Guéant et Nicolas Sarkozy.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le régime libyen a impunément surveillé des réfugiés politiques à Paris, à l’époque du rapprochement Sarkozy/Kadhafi. Victime de cet espionnage, un réfugié toubou, originaire du Sud libyen, Jomode Elie Getty Doby My, longtemps résidant à Toulouse et à Paris, s’apprête à déposer plainte contre Bachir Saleh, l’ancien directeur de cabinet de Kadhafi, aujourd’hui protégé par la France, et contre Claude Guéant et Nicolas Sarkozy qu’il soupçonne de complicité.