Devant le Sénat, James Comey plombe Donald Trump

Par

Le témoignage de l'ancien directeur du FBI, James Comey, devant une commission du Sénat, jeudi 8 juin à Washington, parachève la crise de confiance du pays envers la Maison Blanche. Il confirme les pressions exercées par le président, qui l'a mis à la porte en mai.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.-  James Comey a sûrement lavé son honneur, mais il ne suffira peut-être pas, comme il l’a fait pendant trois heures sur un ton courtois et égal, de traiter Donald Trump de menteur pour venir à bout de sa présidence. Ce 8 juin, l’ancien patron du FBI, brutalement limogé début mai, témoignait en tant que simple citoyen, certes bien informé, devant une commission du Sénat sur les pressions qu’il estime avoir subies du président de États-Unis pour arrêter un volet de l'enquête sur la possible collusion de sa campagne électorale avec des agents russes.