JBS, une entreprise au cœur de la corruption du Brésil

Par

Contre une amende de 60 millions d'euros pour solde de tout compte, les deux dirigeants de la plus importante firme agroalimentaire mondiale, au chiffre d’affaires de 30 milliards d'euros, ont livré à la justice les noms de près de 2 000 politiques, dont celui du président par intérim Michel Temer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– Joesley Batista, l’un des deux dirigeants de l’entreprise JBS, la plus grande entreprise agroalimentaire du monde, sort de sa voiture et se dirige naturellement vers le palais de Jaburu, la résidence officielle du vice-président de la République. Michel Temer, pourtant président par intérim depuis un an, préfère y résider. Il se sent mal à l'aise dans le palais présidentiel. Ce 7 mars 2017, vers 22 h 30, les deux hommes discutent pendant 40 minutes, à l'occasion d'un rendez-vous officieux. Toute la conversation est secrètement enregistrée par Joesley Batista.