Au Niger, le départ annoncé du géant français du nucléaire fait craindre le pire

Par

Le ministre nigérien des mines a annoncé la fermeture prochaine de deux sites exploités par des filiales d’Orano (ex-Areva). Les habitants craignent pour leur emploi dans des villes construites pour l’exploitation de l’uranium. Ils s’inquiètent aussi des conséquences de leur travail sur leur santé et sur l’environnement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Arlit, la « ville de l’uranium » située au nord-ouest du Niger, on sait bien que le filon du « yellow cake » ne sera pas éternel. Cela fait des années que la menace de fermeture plane au-dessus des deux sites exploités par des filiales nigériennes du géant français du nucléaire, Orano (ex-Areva). Mais quand l’annonce de la fermeture prochaine de la Cominak est tombée, leur monde s’est effondré.