Réfugiés : comment certains maires se mettent en ordre de bataille

Par

Jusqu’à présent silencieux face au drame qui se joue depuis plusieurs mois aux portes de l’Europe, des dizaines de maires se disent prêts à accueillir des réfugiés. À eux, désormais, de transformer ces paroles en actes, alors que quelques dizaines de réfugiés sont arrivés mercredi en France, conformément à l'engagement de François Hollande.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il aura fallu attendre le choc suscité par la publication de la photo du jeune Aylan Kurdi pour que les municipalités françaises proposent en masse leur hospitalité aux réfugiés fuyant par centaines de milliers la guerre et la misère qu’elle engendre. Longtemps immobile, la France se dit désormais prête à assumer sa part de solidarité. Le week-end dernier, plusieurs manifestations de soutien aux réfugiés ont été organisées dans plusieurs villes telles que Paris (Mediapart y était), Bordeaux, Montpellier et Nantes. Au même moment, l’Allemagne recevait rien qu’en deux jours 20 000 demandeurs d’asile jusque-là bloqués en Hongrie. Accueillis par des visages souriants et des pancartes « Welcome in Germany », hommes, femmes et enfants ont été répartis aux quatre coins du pays.