Corée du Sud: la «génération Sewol» fait tomber la présidente Park

Par

Le Parlement sud-coréen a voté vendredi 9 décembre la destitution de la présidente Park Geun-hye, empêtrée dans un scandale politico-financier. L’affaire suscite un impressionnant mouvement de colère populaire dans lequel les jeunes, d’habitude peu politisés, jouent un rôle remarqué.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondant à Séoul (Corée du Sud).– C’est un spectacle saisissant. Un océan de bougies qui recouvre, chaque samedi depuis six semaines, l’immense place de Gwanghwamun au cœur de Séoul. « On n’a pas étudié dur pour ça ! », « Le pays est à nous ! », proclament des pancartes brandies par des lycéens emmitouflés. Autour d’eux, bravant le froid, des familles au complet avec le petit dernier dans la poussette, des papys joviaux en tenue de randonneur, des syndicalistes le bandeau rouge au front, des couples venus en amoureux, des étudiants chambreurs… Tous une chandelle à la main – ou un smartphone avec l’appli « bougie ». Un seul cri : « Park Geun-hye démission ! » Au loin surplombe le palais présidentiel, où s’est retranchée la présidente.