Afghanistan: la conférence de Paris tente de faire oublier sept ans de malheur

Par
George Bush a mis deux points à l'ordre du jour de la dernière tournée qu'il effectue, cette semaine, en Europe: l'Iran et l'Afghanistan. Le président américain arrive jeudi à Paris. Le même jour se tient également à Paris une nouvelle "conférence internationale de soutien à l'Afghanistan". Après sept années de guerre, et alors que la France prépare le déploiement de 1.000 soldats supplémentaires dans le Nord-Est, il est de plus en plus difficile de croire que les maigres efforts de la communauté internationale parviendront à redresser le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C'est le printemps en Afghanistan. Cette période de l'année où les événements suivent un cours prévisible : la neige fond dans les montagnes, l'OTAN se prépare à repousser les attaques des Talibans dans le Sud, et les experts nous proposent une stratégie de la "dernière chance" pour éviter que le pays ne sombre dans l'abysse. » Celui qui parlait ainsi, il y a deux mois, n'est autre que Nick Grono, le vice-président de l'International Crisis Group.