La mort d’un chanteur déclenche des émeutes ethniques en Ethiopie

Par

Hachalu Hundessa, qui appartenait à l’ethnie oromo, a été assassiné le 29 juin, à Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie. Depuis, des violences communautaires ont fait au moins 239 morts. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis plus d’une semaine, des violences communautaires secouent le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, l’Éthiopie. Selon les chiffres fournis par la police, déjà plus de 239 personnes sont mortes dans les émeutes qui ont suivi la mort de Hachalu Hundessa, chanteur populaire et militant qui appartenait à la principale ethnie, celle des Oromos. Les autorités annoncent aussi 3 500 arrestations.