L’argent, nerf à vif de la guerre pour le climat

Par

Le financement de l’action contre le dérèglement climatique reste l’un des aspects les plus conflictuels et les plus sensibles de la négociation. Sur ce sujet capital, la France est loin d'être exemplaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeudi 10 septembre, l’Élysée organise une matinée de communication sur la COP 21, le sommet de l’ONU sur le climat qui se tient à Paris en décembre. Il devrait y avoir des photos de Yann Arthus-Bertrand, des paillettes disco (avec la vieille star Marc Cerrone recrutée pour un son et lumière sur les Champs-Élysées), des jeunes, des chercheurs, et des PDG jugés exemplaires par l’action de leur entreprise contre le dérèglement climatique. On y entendra notamment Gérard Mestrallet pour Engie (ex-GDF-Suez), malgré ses forages de gaz de schiste en Grande-Bretagne et ses centrales à charbon hyper polluantes de par le monde.