International

RDC-Congo: retour sur «la première guerre mondiale africaine»

Fini le cessez le feu. Les combats ont à nouveau repris ce samedi matin 8 novembre dans l'est de la République démocratique du Congo entre l'armée officielle et les troupes du général rebelle Lurent Nkunda. Pour comprendre les raisons du conflit, nous republions l'enquête que nous avions consacrée à cette région d'Afrique, alors que la RDC en appelait, le 8 octobre, aux Nations unies.Voir aussi MediaVU': le malheur du Congo.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner et son homologue britannique David Miliband ont souligné dimanche 2 novembre l'urgence de la situation dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), alors que des dizaines de milliers de réfugiés se trouvaient sur les routes du Nord-Kivu, tentant de rejoindre les zones contrôlées par l'armée gouvernementale.
Après s'être successivement entretenus le 1 et 2 novembre avec les présidents congolais Joseph Kabila, rwandais Paul Kagamé et tanzanien Jakaya Kikwete, les deux ministres insistent dans un communiqué commun sur la nécessité d'une coordination «locale et internationale» pour parvenir à régler la crise. «Toutes les parties au conflit reconnaissent que les accords signés à Nairobi (novembre 2007) et à Goma (janvier 2008) offrent une bonne base pour reprendre le chemin de la paix», avancent-ils en considérant que le cessez-le-feu du 29 octobre doit être «consolidé».
Les deux ministres présenteront lundi un «rapport commun» de leur déplacement en RDC, au Rwanda et en Tanzanie à leurs collègues européens lors d'une réunion informelle à Marseille. L'envoi d'une force de l'Union européenne n'est pas vraiment à l'ordre du jour. «Rien n'est exclu, cela reste un point essentiel», a déclaré David Miliband aux journalistes, «mais nous avons les 17.000 hommes de la MONUC, et c'est évidemment le premier recours pour contribuer à la sécurité au Congo». Un chiffre repris par Bernard Kouchner qui a réaffirmé l'engagement du gouvernement français en matière humanitaire. (avec Reuters)
Ci-dessous retrouvez l'enquête que nous avions publiée le 10 octobre expliquant l'origine du conflit.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec
Financement de la vie politique — Enquête
Macron 2017 : l’enquête interdite
Un service du ministère de l’intérieur a alerté, en 2019, sur des prestations de sécurité pendant la campagne présidentielle « vraisemblablement réalisées dans des conditions illégales ». L’affaire, potentiellement embarrassante pour l’Élysée, a été enterrée. Nos révélations.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Blanquer, l’école à la renverse — Reportage
Grève à l’école : « Nous sommes au point de rupture »
Des dizaines de milliers de personnes dans les rues, une forte proportion de grévistes, et une mobilisation qualifiée d’« historique » par ses organisateurs. Jeudi, les personnels des écoles, collèges et lycées ont exprimé leur « ras-le-bol » de Jean-Michel Blanquer.
par Lucie Delaporte, Dan Israel, Khedidja Zerouali et Manuel Sanson

Nos émissions