Tchétchénie: la traque aux homosexuels montre un Kadyrov hors de contrôle

Par

L’affaire a été révélée par le quotidien russe Novaïa Gazeta. Plus de 150 Tchétchènes soupçonnés d’être homosexuels ont été détenus de manière arbitraire depuis début mars. Les autorités russes ont à peine bougé le petit doigt, malgré les réactions internationales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je suis un monstre. » Tel est le propos d’un homosexuel tchétchène aujourd’hui réfugié en Europe. « Je ne comprends pas les gens qui nous aident. Je comprends très bien ma famille », a dit cet homme à une ONG, sous couvert d’anonymat, après avoir été détenu, torturé, puis relâché et après avoir compris que sa famille, sous la pression du village, voulait le tuer en raison de son orientation sexuelle.