Brexit: «Le gouvernement britannique s’émancipe de l’UE, mais aussi de son Parlement»

Par

En menaçant de ne pas respecter l’accord de retrait, Boris Johnson a engagé un nouveau bras de fer avec les 27. Il s’en prend aux fondements du projet européen, qui est d’abord une construction juridique. Entretien avec Loïc Azoulai, de l’école de droit de Sciences-Po Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Union européenne a exigé jeudi le retrait d’ici fin septembre du projet de loi britannique rendu public mercredi, qui remet en cause une partie des engagements pris par Londres dans l’accord sur le retrait de l’UE. C'est l’un des vice-présidents de la Commission, Maros Sefcovic, qui a fait cette mise au point jeudi à Londres, jour de clôture du huitième et très agité round de négociations UE-Royaume-Uni. Le ministre allemand des finances Olaf Scholz, lui, a martelé que « les traités doivent être respectés ».