Venezuela: les chavistes l'emportent encore face à une opposition éclatée

Par

Après avoir dominé les élections régionales, le camp gouvernemental a remporté une écrasante majorité de mairies ce dimanche. Plus que jamais divisés, les adversaires du pouvoir ne profitent ni de la crise économique ni du manque de popularité du président. Ils devront surmonter leurs divisions avant l’élection présidentielle de 2018.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nous devons le crier au monde (…) crier la consigne du peuple (…) nous avons obtenu la grande victoire, l’élection municipale ! » lançait tout sourire le président chaviste Nicolás Maduro, dimanche soir, face à la foule drapeau rouge au vent, rassemblée place Bolivar dans le centre de Caracas. Aux côtés de Erika Farías qui a remporté la mairie de Libertador (district de Caracas), Nicolás Maduro annonce que son camp a gagné « plus de 300 mairies » sur les 335 que compte le pays. Une victoire écrasante. Le parti chaviste, le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), en gouvernait 242 jusqu’à maintenant. Vingt et une des vingt-trois capitales des États qui composent le pays sont aux mains des socialistes.