Après le congrès du Fatah: «Au Proche-Orient, les négociations vont avancer en septembre»

Par
Le Fatah, parti fondé par Yasser Arafat, majoritaire au sein de l'Autorité palestinienne, a fait entrer du sang neuf en son sein, à l'issue de son congrès, mardi 11 août. Pour Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine à l'Unesco et délégué au congrès, ce premier congrès du Fatah depuis 1989 est «une réussite pour Mahmoud Abbas», et aussi pour toute la démocratie interne du mouvement. Pour lui, c'est un congrès clé car outre-atlantique, on réfléchit déjà à une solution de paix globale pour la région, incluant la Syrie et le Liban. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Cisjordanie, le Fatah, parti fondé par Yasser Arafat, majoritaire au sein de l'Autorité palestinienne, a fait entrer du sang neuf en son sein, à l'issue de son congrès, mardi 11 août. Pour l'ambassadeur de la Palestine à l'Unesco, Elias Sanbar, ce premier congrès du Fatah depuis 1989 est «une réussite pour Mahmoud Abbas », réélu à la tête du parti.