Autopsie d'un massacre en Egypte

Par

Human Rights Watch (HRW) a enquêté durant un an sur le terrible massacre du 14 août 2013 au Caire. Le campement des partisans du président déchu Mohamed Morsi était alors pris d'assaut, causant la mort d'un millier de personnes. Deux responsables de l'ONG comptaient présenter leur rapport en Égypte ce mardi 12 août. Ils ont été refoulés à leur arrivée à l'aéroport du Caire. Leur enquête est rendue publique aujourd'hui à Genève. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un rapport de 188 pages qui risque de faire grand bruit dans le monde arabe. Pendant près d’un an, l’ONG Human Rights Watch (HRW) a mené un travail de fourmi, en interviewant plus de 200 témoins, parmi lesquels des manifestants, des médecins, des habitants des alentours et des journalistes indépendants. Elle a aussi établi des preuves matérielles, passé en revue des vidéos, visité des lieux, réuni des documents officiels. Le but : reconstituer le déroulement du massacre du 14 août 2013 au Caire, l’un des épisodes les plus sanglants dans l’histoire de l’Égypte contemporaine.