Aux Etats-Unis, les généraux ne sont plus intouchables

Par

Pendant des années, les ténors politiques de l'administration Bush furent les seuls à porter la responsabilité des bourbiers afghan et irakien. Aujourd'hui, dans la foulée de la démission de David Petraeus, général quatre étoiles devenu patron de la CIA, des voix s'élèvent pour examiner également les erreurs des militaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’ici, tout au moins du point de vue des Américains, l’histoire des guerres d’Irak et d’Afghanistan semblait simple : la clique de néo-conservateurs en charge de la Maison Blanche et du Pentagone (Bush, Cheney, Rumsfeld, Wolfowitz & Co.) avait envahi ces deux pays sans réfléchir aux conséquences. Puis l’armée avait dû se débrouiller avec leur effondrement, jusqu’à ce que le général David Petraeus n’arrive en sauveur miraculeux pour remettre un semblant d’ordre avant le retrait des troupes.