Jusqu’ici, tout au moins du point de vue des Américains, l’histoire des guerres d’Irak et d’Afghanistan semblait simple : la clique de néo-conservateurs en charge de la Maison Blanche et du Pentagone (Bush, Cheney, Rumsfeld, Wolfowitz & Co.) avait envahi ces deux pays sans réfléchir aux conséquences. Puis l’armée avait dû se débrouiller avec leur effondrement, jusqu’à ce que le général David Petraeus n’arrive en sauveur miraculeux pour remettre un semblant d’ordre avant le retrait des troupes.