Vivre à Shanghai, enfant unique

Par

Vendredi le quotidien China Daily annonçait que, pour lutter contre le vieillissement de sa population, Shanghai allait, pour la première fois, inciter certains couples à avoir deux enfants. Les jeunes gens rencontrés dans ces reportages vidéo habitent la mégapole chinoise. Ils ont à peine trente ans et sont nés avec la politique de l'enfant unique. Que représentent pour eux les amis, la famille ? Neuf histoires, trois reportages réalisés en mai 2008 par les étudiants du Centre universitaire d'enseignement du journalisme de Strasbourg.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Neuf histoires, trois reportages. Nous sommes à Shanghai, en mai 2008. Il y a un peu plus de 30 ans, le gouvernement chinois instaurait la politique de l'enfant unique : « Un couple, un enfant », ce n'est pas qu'un slogan, c'est la loi, à laquelle quelques-uns échappent soit parce qu'ils sont issus de minorités ethniques, soit parce qu'ils acceptent de payer la majoration fiscale. Vendredi le quotidien China Daily annonçait que, pour lutter contre le vieillissement de sa population, Shanghai allait, pour la première fois, inciter certains couples à avoir deux enfants.

Aujourd'hui en Chine, lorsque l'on a moins de 30 ans, on est de la génération de l'enfant unique. Comment vit-on sa jeunesse alors que l'on porte tous les espoirs de ses parents et grands-parents ? Comment envisage-t-on à son tour la famille ? C'est ce que raconte cette trilogie de reportages « 3 célibataires », « 3 couples » et « 3 familles », réalisée à Shanghai par les étudiants du Centre universitaire d'enseignement du journalisme de Strasbourg.