Syrie: l'armée réprime, les réfugiés se massent à la frontière turque

Par
L'armée est entrée dans la ville de Jisr al-Choug-hour, près de la frontière turque. Les Etats-Unis évoquent une «crise humanitaire» dans le nord du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Implacable, le régime de Bachar El-Assad poursuit son œuvre de répression. Depuis le 15 mars, plus de 1.200 opposants sont morts et 10.000 autres ont été arrêtés, selon le bilan établi par plusieurs ONG internationales, dont Amnesty International. Ce lundi 13 juin, c’est désormais au tour du gouvernorat d'Idleb, situé à 330 kilomètres au nord de la capitale Damas, de faire l'objet, depuis vendredi, d'une opération d'envergure de l'armée. A Jisr al-Choug-hour, ville de 50.000 habitants quasi déserte depuis une semaine, le régime évoque des affrontements avec des «groupes armés».