Hun Sen imprime un tournant répressif au Cambodge

Par Eléonore Sok-Halkovich

Une loi anti-ONG a été votée au Parlement malgré les protestations de la rue et de la communauté internationale. C'est la première étape d’une opération politique marquant un net recul de la liberté d’expression.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondante à Phnom Penh (Cambodge). - « Say no », le slogan noir barré de rouge s’affiche sur les visages, les tee-shirts et les drapeaux. Parmi la foule, des membres de diverses organisations non gouvernementales (ONG), des étudiants et quelques bonzes en robe safran. Des coups de klaxons amplifient le tohu-bohu matinal ; les tuk-tuk viennent former une barrière face à des policiers observant la scène silencieusement. Ce jeudi 9 juillet 2015, des centaines de manifestants sont réunis pour réclamer l’abrogation de la loi anti-ONG, discutée au Parlement au même moment.