Théorie du big bang: de nouveaux résultats qui interrogent

Par

Des mesures discordantes de la vitesse d’expansion de l’univers laissent les astrophysiciens perplexes. On se retrouve avec deux valeurs de l’expansion de l’Univers à la fois robustes et incompatibles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2013, les scientifiques de la collaboration Planck ont dévoilé des mesures très précises du rayonnement fossile, une lumière émise 380 000 ans seulement après le big bang qui constitue une sorte de bain de photons très froids dans lequel nous «trempons» aujourd’hui. Ce taux d’expansion se révélait un peu plus petit que celui mesuré par les astronomes en regardant autour de nous. Une nouvelle expertise indépendante parue vendredi dans la revue Science apporte une nouvelle pièce à un dossier technique déjà bien épais. En combinant en quelque sorte deux techniques de mesures «locales» de la vitesse d’expansion de l’Univers, des scientifiques ont abouti à leur tour à une valeur incompatible avec celle obtenue par les chercheurs de la collaboration Planck.