L’Allemagne n'a pas fini de panser ses plaies après Cologne

Par

Quatorze jours après la soirée du Nouvel An qui a dégénéré, avec des dizaines d'agressions sexuelles, de vols et même de viols, par des jeunes d'origine étrangère, l'Allemagne est toujours sous le choc. L'enquête piétine. L'extrême droite monte au créneau. L'exécutif tente d'apporter des réponses politiques, sans convaincre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin, de notre correspondant.- Quatorze jours après les « événements de Cologne », la stupeur et l’immense émotion déclenchées par la vague sans précédent de vols et d’agressions sexuelles commises par des agresseurs toujours non identifiés mais, d’après les témoignages concordants des victimes, d’origine arabe, commencent lentement à retomber. Le temps de l’examen des faits, des tentatives d’explication mais aussi des réactions politiques est désormais venu.