Soudan: l’armée garde le pouvoir mais promet de le partager

Par

Les généraux soudanais affirment qu’ils n’interviendront pas dans la composition du gouvernement civil qu’exige l’opposition. Mais, pour l’instant, aucune date n’est arrêtée pour ce transfert de pouvoir et l’armée refuse que le dictateur déchu soit remis à la justice internationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’incertitude sur le choix entre la rupture et la continuité n’est toujours pas levée à Khartoum. Les manifestants soudanais qui ont obtenu jeudi la destitution par l’armée du dictateur Omar el-Béchir, puis le lendemain la démission du général Awad Ibn Ouf, désigné par l’état-major pour lui succéder, avant d’applaudir l’arrivée d’un nouveau général, Abdel Fattah al-Burhane à la tête du Conseil militaire de transition, doivent-ils se résigner à voir un général succéder à un autre général à la tête de l’État ou espérer obtenir, dans un délai acceptable, un transfert du pouvoir aux civils comme ils le réclament ?