Une Argentine confinée s’attaque aux violences de genre

Par Camille Audibert

Afin de répondre à l’urgence provoquée par les violences faites aux femmes en raison de l’isolement, le gouvernement argentin a ouvert des lignes de la messagerie instantanée WhatsApp. « Nous sommes là », répète le ministère des femmes, genres et diversité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Buenos Aires (Argentine), de notre correspondante.– Dans le jardin, une partie de la terre était meuble et c’est à cet endroit-là que les chiens de la police ont aboyé. Dépêchés dans cette maison de la banlieue sud de Buenos Aires, les agents ont dû profondément creuser pour trouver, sous une couverture, les corps embrassés d’Ada, 7 ans et Cristina Iglesias, 40 ans, sa mère, toutes deux mortellement poignardées au cou.