Enquête sur nos (très) chers «eurocrates»

Par Quentin Ariès

Alors que le chef de file du PCF aux européennes veut « baisser le salaire de monsieur Juncker », Mediapart s’est penché sur les très confortables rémunérations et autres avantages de l’administration et la fonction publique européenne. Si les 60 000 « agents » qui travaillent pour l’UE sont loin d’être à plaindre, certains jugent leurs émoluments tout à fait justifiés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), correspondance.– Un point commun existe entre Ian Brossat, la tête de liste du Parti communiste français (PCF) aux européennes du 26 mai, et l’Allemande Annegret Kramp-Karrenbauer, la nouvelle présidente de la CDU, le parti d’Angela Merkel. Et ce n’est pas seulement leur ferme opposition au projet d’Emmanuel Macron sur l’Europe. Les deux souhaitent aussi des changements pour la fonction publique européenne.